Le groupement romand des moniteurs-éleveurs de Carnica, association à but non lucratif et d'intérêt général, est responsable de la sélection génétique de la race Apis mellifera carnica et de l'aide à la production de reines d'abeilles dites Carnoliennes dans les cantons de Fribourg, Genève, Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud et Valais romand.

Historique

Situation initiale

Dans les années 50, les apiculteurs de la Suisse romande ont importé des reines de différents horizons, hybridant ainsi la race endémique Apis mellifera mellifera. Ces croisements ont rendu les colonies très agressives, moins aptes à la récolte de miel et plus sujettes aux maladies.

Le président de la Société Romande d’Apiculture (SAR[1]) demande alors au Conseil fédéral de l’aide pour pallier ces difficultés. Ce dernier nomme Hans Schneider, collaborateur du centre de recherche apicole d’Agroscope[2], afin de trouver une solution idéale pour les apiculteurs romands.

Jeune reine Apis mellifera carnica en ponte

Recherche de l’abeille idéale

Hans Schneider fait importer une quarantaine de reines de quatre races différentes (Mellifera, Caucasica, Ligustica et Carnica). Elles sont testées et comparées dans son rucher de Plagne durant deux ans. Il s’avère que la race Carnica est la plus adaptée au climat de la Suisse romande, car semblable à sa région d’origine ( Carniole et Tyrol). Sa douceur reconnue permet au voisinage des ruchers de ne pas être perturbé par la présence des abeilles, et à l’apiculteur de pratiquer sa passion sans se faire agresser. Économe, elle sait conserver suffisamment de nourriture la mettant à l'abri d'une disette[3].

En 1962, Hans Schneider fonde le groupement des moniteurs-éleveurs, en leur demandant de multiplier et de sélectionner trois lignées en race pure. Il leur fournit annuellement une nouvelle lignée afin d’éviter les problèmes de consanguinité. Certaines lignées sont destinées à l’élevage de reines et d’autres choisies pour fournir les mâles (faux bourdons). Beaucoup de ces lignées sont toujours présentes parmi les moniteurs-éleveurs.

Cadre d'élevage de reines Apis mellifera carnica

Le registre SAR

En 1977, Hans Schneider est remplacé par Charles Maquelin[4], également collaborateur au centre de recherche apicole Agroscope. Ce dernier avait réalisé des études sur le lachenide vert du sapin (Cinara pectinatae appelé dans le passé Buchneria)[5], un puceron produisant du miellat sur le sapin blanc. Il constate que l’aspect généalogique n’est pas suivi de manière scientifique au sein du groupement. Il crée en premier lieu un registre généalogique de toutes les reines présentes chez les moniteurs-éleveurs afin de recenser et de déterminer leur arbre généalogique. Féru d'informatique, il réalise un logiciel sur un Amiga en 1987. Celui-ci lui permet d’introduire tout le registre constitué et également de calculer le taux de parenté entre les différentes stations de fécondation pour chaque reine au registre. Le logiciel a été opérationnel jusqu'en 2008.

À la retraite de Charles Maquelin, le centre de recherche apicole Agroscope n’a plus la possibilité de déléguer un de ses collaborateurs pour diriger le groupement.

En 2008, le registre SAR est transféré sur le système Beebreed[6] de l’institut Hohen-Neuendorf en Allemagne. Depuis 2010, le groupement des moniteurs-éleveurs SAR participe également au programme de sélection selon la méthode des ruchers de testage à l’aveugle préconisé par cet institut[7].

Organisation

Le groupement des moniteurs-éleveurs est chapeauté par la Commission d’élevage de la société romande d’apiculture (CE-SAR)[8]. Les moniteurs-éleveurs sont regroupés par fédérations cantonales. Chaque groupe élit son responsable qui siège à la Commission d’élevage. Cette dernière est formée de sept responsables cantonaux, du responsable technique et d’un délégué du comité central de la SAR.

Chaque fédération a droit à un quota officiel de moniteurs-éleveurs en fonction du nombre de ses membres et de la présence ou non de station(s) sur son territoire. Il y a au total 45 moniteurs-éleveurs.

Les fédérations représentées sont :

  • Fribourg[9] (7 moniteurs) ;
  • Genève[10] (2 moniteurs) ;
  • Jura[11] (7 moniteurs) ;
  • Jura bernois[12] (2 moniteurs) ;
  • Neuchâtel[13] (5 moniteurs) ;
  • Valais romand[14] (10 moniteurs) ;
  • Vaud[15] (12 moniteurs).

Les moniteurs peuvent être secondés par des adjoints et les anciens continuent le travail qu'ils ont fait durant leurs mandats. Ainsi, le groupement des moniteurs-éleveurs est composé de 90 sélectionneurs environ.

La CE-SAR est rattachée à la Commission d’élevage apisuisse, organisation faîtière qui chapeaute toutes les associations d’élevage de reines de Suisse[16].

Cadre de couvain d’une colonie d'Apis mellifera carnica

Devoirs du moniteur-éleveur[17]

Le moniteur-éleveur d'Apis mellifera carnica est le garant de la lignée qui lui a été confiée. Il doit :

  • conserver et chercher à améliorer les critères de sélection de sa lignée en allant faire féconder les descendantes de ses meilleures reines dans les stations “A” reconnues par la CE-SAR ;
  • mettre à disposition des éleveurs de Suisse romande gratuitement du couvain de ses meilleures reines afin qu’ils puissent avoir un patrimoine génétique de haut niveau ;
  • promouvoir auprès des apiculteurs de sa région les qualités de la race, afin d’offrir une apiculture qui puisse cohabiter avec le voisinage et qui convienne parfaitement à l’apiculture amateur majoritaire en Suisse romande ;
  • former à l'élevage les apiculteurs de sa région en supervisant le travail afin qu'ils obtiennent par eux-mêmes des reines de qualité.
Cellules royales d'Apis mellifera carnica 10 jours après le greffage

Sélection

Sélection massale

Chaque moniteur-éleveur a le devoir de sélectionner, parmi ses colonies, les meilleures reines selon différents critères tels que :

  • douceur ;
  • tenue du cadre ;
  • développement printanier ;
  • résistance à l'essaimage ;
  • compacité du couvain ;
  • organisation de la colonie ;
  • récolte de miel ;
  • résistance à l’hivernage.
Indice cubital
Cellules royales d'Apis mellifera carnica en couveuse

Une fois les meilleures colonies définies, le moniteur-éleveur fait analyser chacune de ces dernières afin d’en contrôler la pureté de race. Celle-ci peut se faire par mesures morphologiques ou par analyse ADN. L’analyse morphologique contrôle que l’indice cubital ainsi que la longueur de la langue de 15 ouvrières se trouvent dans les critères de la race. L’analyse ADN contrôle une partie du génome de l’abeille afin de déterminer si elle correspond à la race. Particulièrement, l’analyse des microsatellites[18], courtes séquences ADN formées d’une répétition continue de brefs motifs, ainsi que celle, plus récente, des SNP (single nucleotide polymorphisms)[19],[20], variations ponctuelles dans une seule paire de base du code génétique, provenant de 30 mâles de la colonie, permettent d’assurer la pureté de la reine et l’identification d’hybrides. Ces nouvelles technologies, appliquées avec succès dans les programmes d’élevage chez d’autres animaux de rente, permettent également d’être utilisées comme marqueurs génétiques pour analyser la paternité lors du contrôle de la sécurité des stations de fécondation[21].

L’année suivante, le moniteur-éleveur multiplie une ou plusieurs mères en élevant des reines vierges. Elles seront seront fécondées en station de fécondation de reines du groupement. Le choix des stations est fait en fonction du taux de consanguinité avec la souche à mâles de la station et des prévisions des critères de sélection suggérées par Beebreed sur la progéniture. Chaque groupe de soeurs sera fécondé dans une station différente afin d'obtenir un plus grands choix parmi la descendance.

Sélection par ruchers de testage à l’aveugle

Depuis 2010, le groupement des moniteurs-éleveurs organise des ruchers de testage à l’aveugle. Il s’agit de répartir des groupes de 12 reines sœurs dans des ruchers composés de 12 colonies de même force (paquet d’abeilles ou nucléi standardisé[22]).

Une commission neutre organise la répartition des reines en anonymisant chaque reine par l'attribution d'un numéro à quatre chiffres. Cette distribution se fait le deuxième samedi de juillet, afin que les reines soient accompagnées uniquement de leurs descendantes l’année suivante.

Varroas dans du couvain de faux bourdons Apis mellifera carnica

Chaque testeur reçoit ses 12 reines anonymisées et les introduit dans les colonies préalablement préparées. Il les nourrit et les traite en vue de l’hivernage. Le testage commence à la sortie de l’hivernage l’année suivante. Il doit réaliser 4 à 5 inspections pour définir au moyen de notes les critères de sélection utilisés dans la sélection massale. De plus, il va compter la chute naturelle des varroas à la floraison des saules, puis laver 30 g d’abeilles au mois de juillet pour voir la concentration de varroas sur celles-ci[23] . Deux tests de nettoyage par piquage de couvain operculé[24] sont également réalisés.

Toutes les notations sont rendues à la commission neutre qui introduit alors les résultats dans la base de données de Beebreed, afin que la valeur de sélection de chaque reine testée soit calculée. Les reines primées seront utilisées comme souches à mâles pour les stations de fécondations.

Les résultats des ruchers de testage font objet d'une publication annuelle par la commission d'élevage apisuisse[25].

Stations de fécondation de reines

Principe

Le mode d’accouplement de l’abeille mellifère se fait en vol, en des lieux de rassemblement de mâles. La reine arrivée en ce lieu se fait poursuivre par les mâles. Les meilleurs la rattraperont et pourront s’accoupler avec elle. Dix à quinze mâles sont nécessaires pour féconder la reine pour le restant de sa vie (3 à 5 ans). Ce mode de fécondation permet un brassage génétique si une seule race est présente dans l’écotype.

Comme le territoire romand est peuplé de colonies de différentes races, la fécondation en race pure y est impossible. Ainsi, les stations de fécondation du groupement des moniteurs-éleveurs doivent se situer en altitude, dans une région suffisamment éloignée des ruchers afin de garantir une fécondation sans hybridation. Depuis 2020, toutes les stations de fécondation SAR sont protégées par des lois cantonales qui interdisent l’installation de colonies d’abeilles dans les zones de protection entourant les stations[26].

Les reines ne peuvent vivre sans ouvrières. A la naissance, elles doivent être accompagnées de jeunes abeilles qui les nourrissent. Dans le cas des fécondations en station, la reine est introduite dans une micro colonie peuplée d’environ 1’000 abeilles. Celles-ci ont été préalablement filtrées afin d’éviter que des mâles étrangers les accompagnent en station. Les abeilles sont également traitées contre le varroa afin de protéger les ruches à mâles d’une éventuelle infestation.

Ces stations sont équipées de ruches à mâles dont les reines sont toutes sœurs, filles d'une reine primée en rucher de testage. Les mâles de ces colonies sont issus d’un œuf non fécondé (haploïde). Ils ont donc le même patrimoine génétique que leur mère.

Stations du groupement SAR

Le groupement possède six stations de type «A» (station dévolue à la fécondation de reines de sélection) et une de type «B» (station dévolue à la fécondation de reines de production). L'accès aux stations par les éleveurs est soumis à un règlement[27].

Les dates et horaires d'ouverture des stations SAR sont publiés annuellement dans la Revue Suisse d'apiculture du mois de mai[28].

Le financement des stations de fécondations se fait par une taxe par reine montée en station ainsi que par une aide de l'office fédéral de l'agriculture (OFAG)[29].

Entre 6'500 et 7'500 reines sont montées chaque année parmi les 7 stations de fécondation du groupement.

Fribourg [30]

Station de fécondation SAR d'Apis mellifera carnica au Petit-Mont (Fribourg)
Petit-Mont[31]
  • Situation: Au pied de la chaîne de montagnes des Gastlosen sur la commune de Jaun
  • Altitude: 1390 m
  • Particularité: emplacement idéal, car bien ensoleillé pendant les heures de fécondation

Neuchâtel [32]

Mont-Dar[33]
  • Situation: Le Mont-Dar, sur la commune de La Sagne
  • Altitude: 1260 m
  • Particularité: seule station B permettant d’avoir de bonnes reines de production mais la sécurité des fécondations est moins garantie que dans les stations A

Valais[34]

Bonatchiesse[35]
  • Situation: commune Val de Bagnes
  • Altitude: 1595 m
  • Particularité: de par son isolement, exclusivement dévolue à la sélection et seule station réservée aux moniteurs-éleveurs SAR
Station d'élevage SAR d'Apis mellifera carnica à Toules (Valais)
Toules[36]
  • Situation: en dessous du barrage des Toules, sur la commune de Bourg-Saint-Pierre
  • Altitude: 1720 m
  • Particularité: emplacement idéal, l’altitude empêchant les montées de mâles non désirés
Moiry[37]
  • Situation: Au pied du barrage de Moiry sur la commune d’Anniviers
  • Altitude: 2210 m
  • Particularité: plus haute station du groupement

Vaud [38]

Station d'élevage SAR d'Apis mellifera carnica à Vermeilley (Vaud)
Vermeilley[39]
  • Situation: commune d’Arzier-le Muids
  • Altitude: 1280 m
  • Particularité: seule station A se trouvant sur le massif du Jura, exposition plein sud permettant de très bonnes conditions de fécondation
Hongrin[40]
  • Situation: bord du lac de l’Hongrin, sur la commune de Château- d’Oex
  • Altitude: 1290 m
  • Particularité: station avec la zone de protection la plus vaste assurant une excellente sécurité

Notes et références

  1. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Accueil », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 18 février 2021)
  2. Agroscope, « Centre de recherche apicole », sur www.agroscope.admin.ch (consulté le 18 février 2021)
  3. Hans Schneider, Le courrier de l'élevage, Berne, Liebefeld : Station fédérale d'industrie laitière, section apicole, 1960?, 47 p.
  4. Agroscope, « Elevage », sur agroscope.admin.ch
  5. Charles Maquelin, « Observations sur la biologie et l'écologie d'un puceron utile à l'apiculture: Buchneria pectinatae(Nördl.), (Homoptera, Lachnidae) », sur ethz.ch,
  6. « Home », sur www2.hu-berlin.de (consulté le 19 février 2021)
  7. Institut Hoen Neuendorf, « Estimation de la valeur de sélection chez l'abeille mellifère », sur Beebreed.eu
  8. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Elevage CE-SAR », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 18 février 2021)
  9. « Fédération Fribourgeoise d’Apiculture » (consulté le 8 mars 2021)
  10. Société d'apiculture genevoise, « Abeilles de Genève », sur abeilles-de-geneve.ch
  11. « FACJ Fédération d'apiculture du Canton du Jura », sur www.facj.ch (consulté le 8 mars 2021)
  12. « Accueil | Société d'Apiculture du Jura Bernois » (consulté le 15 mars 2021)
  13. « Fédération Cantonale Neuchâteloise d'Apiculture, FCNA - Accueil », sur fcna.ch (consulté le 8 mars 2021)
  14. « FAVR.CH », (consulté le 8 mars 2021)
  15. « Federation Vaudoise des Societes d'Apiculture - home », sur Federation Vaudoise des societes d'Apiculture (consulté le 8 mars 2021)
  16. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Elevage apisuisse », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 24 février 2021)
  17. CE-SAR, « Cahier des charges des moniteurs éleveurs », Cahier des charges,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Bouga M., Alaux C., Bienkowska M., Beuchler R., Carreck N. L., Cauia E., Wilde J., « A review of methods for discrimination of honey bee populations as applied to European beekeeping », Journal of Apicultural Research,,‎ , p. 50(1), 51–84
  19. (en) Parejo M., Henriques D., Soland-Reckeweg G., Pinto MA & Neuditschko M., « Empirical comparison of microsatellite and SNP markers to estimate introgression in Apis mellifera mellifera », Journal of Apicultural Research,‎
  20. (en) Henriques D., Browne K., Kryger P., Muñoz I., Parejo M., Barnett M., McCormack G.,Garnery L., & Pinto M. A., « High sample throughput genotyping for estimating Clineage introgression in the dark honey bee : an accurate and cost-effective SNP-based tool », Scientific Reports,‎
  21. (en) . Momeni J., Parejo M., Nielsen RO., Langa J., Montes I., Papoutsis L., Farajzadeh L. SMARTBEES DIVERSITY COLLABORATORS, Vingborg R., Kryger P., Bouga M., Estonba A., Meixner M, « Authoritative subspecies diagnosis tool for European honey bees based on ancestry informative SNPs », BMC Genomics 22,‎
  22. « nucléi », sur fr.wiktionary.org (consulté le 5 mars 2021)
  23. apiservice, « Méthode du sucre-glace », sur abeilles.ch
  24. apiservice, « Créer et gérer avec succès un rucher de testage », V1710,‎ env. 2012, p. 21-26 (lire en ligne)
  25. section Carnica de la Société romande d’apiculture (SAR), le Verein Schweizerischer Mellifera Bienenfreunde (Mellifera) et la Schweizerische Carnicaimker-Vereinigung (SCIV), « Rapport d’activité Elevage 2019 », Apisuisse,‎ (lire en ligne)
  26. « Gesetzessammlung », sur bdlf.fr.ch (consulté le 5 mars 2021)
  27. CE-SAR, « Règlement de montée en stations SAR », Règlement,‎ (lire en ligne)
  28. Société romande d'apiculture, Revue suisse d'apiculture, Société romande d'apiculture, (lire en ligne), p. 222
  29. Office fédéral de l'agriculture OFAG, « OFAG », sur www.blw.admin.ch (consulté le 17 mars 2021)
  30. « Fédération Fribourgeoise d’Apiculture | Stations de fécondation » (consulté le 25 février 2021)
  31. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Stations de fécondation de reines : Services », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 17 mars 2021)
  32. « Fédération Cantonale Neuchâteloise d'Apiculture, FCNA - Station d'élevage », sur www.fcna.ch (consulté le 25 février 2021)
  33. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Stations de fécondation de reines : Services », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 17 mars 2021)
  34. « Stations de fécondation - FAVR.CH », (consulté le 25 février 2021)
  35. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Stations de fécondation de reines : Services », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 17 mars 2021)
  36. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Stations de fécondation de reines : Services », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 17 mars 2021)
  37. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Stations de fécondation de reines : Services », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 17 mars 2021)
  38. « Elevage de reines », sur Federation Vaudoise des societes d'Apiculture (consulté le 25 février 2021)
  39. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Stations de fécondation de reines : Services », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 17 mars 2021)
  40. abeilles ch · le portail de l'apiculture en Suisse Fribourg, « Stations de fécondation de reines : Services », sur abeilles.ch · le portail de l'apiculture en Suisse (consulté le 17 mars 2021)
X